Association pour la préservation et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

 

 

 

 

Notre devise :

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

 

 

 

 

Le premier site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

sous la dénomination

Vieil-Erstein.fr

 

Il a été clos le

1 / 7 / 2018

avec 600 000 clics

à son actif.

 

Ce nouveaux site a été ouvert le

1er Janvier 2018

Il appartient désormais à l'association et est mis en oeuvre par :

 

Jean Louis ESCHBACH

 

 

 

 

 

 

 

Ancienne version du       site Vieil-Erstein.fr

 

600 000  clics

au compteur

 

+

 

Site Vieil-Erstein.alsace nouvelle version

 

clics

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMUNIQUES

 

 

*

 

 

 les 3èmes mardi

de chaque mois

 

 

Réunion

 du   comité

 

à 20h en la

salle Conrath

de la Maison

des Œuvres

 

 

-ooOoo-

 

 

 

Assemblée générale

2022

de l'association

prévue en mars 2023

 

à 20h en la

salle Conrath

de la Maison

des Œuvres

 

 

 

-ooOoo-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Association

Le Vieil Erstein

ùn rund um's Kanton

1 place de

l'Hôtel de Ville

67150  ERSTEIN 
 

 

Téléphone :

03 88 98 64 99

 ou 

06 86 56 40 68

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les musiciens

 

 

Sommaire de la page

  • Auguste SCHIRLE - Compositeur, pianiste, organiste et maître de chapelle,
  • Victor DUSCH - Organiste et maître de chapelle,
  • Alexandre ROETHINGER - Facteur d'orgue

 

 

 

 

Auguste  SCHIRLÉ (1895-1971)

Compositeur, pianiste, organiste

et maître de chapelle

 

Biographie

Marie-Auguste-Joseph SCHIRLÉ, est un compositeur, pianiste, organiste et maître de chapelle classique français, né le 5 avril 1895 à Epfig en Alsace, alors sous domination allemande, et       mort le 23 septembre 1971 à Montrouge.

Auguste SCHIRLÉ naît le 5 avril 1895 à Epfig, d'un père clerc de notaire. Il est un digne représentant de la double culture française-allemande de l’époque, culture qu’il ne renia pas même au plus fort des deux conflits mondiaux qu’il traversa.

D’abord élève de frère Eugène de Matzenheim (violoniste), il suit de 1902 à 1909 l’enseignement  de l’orgue et du piano de Victor Dusch, organiste titulaire de l’orgue d’Erstein. Il remplace de multiples fois le titulaire à l’orgue lorsque celui-ci dirige la chorale Sainte-Cécile.

Les premiers concerts d’Auguste SCHIRLÉ sont salués par la critique locale qui l'appelle             « le jeune artiste du piano ». Il intègre ensuite le Conservatoire de Strasbourg en 1909 à l'âge de  14 ans, dans la classe d’orgue de Geßner qui fut le professeur de Dusch. Dès 1910 il rentre dans les classes (piano-composition-harmonie) de Marie-Joseph Erb, et remporte le 10 juillet 1914 son diplôme de technique et d’enseignement du piano. En direction d’orchestre, il suit la classe de   Hans Pfitzner, qui donnera le 7 juillet 1916 en public la symphonie de son élève.

 

Orgue Roethinger de l'église Saint-Martin d'Erstein (1914)

Avant l’armistice de 1918, il passe quelques mois au Conservatoire de Stuttgart auprès du pianiste Max von PAUER alors directeur de ladite institution. Il prendra des cours avec Erika von BINZER (élève DE RANAU-LITSZT). Il est titulaire de l’orgue de Benfeld de 1911 à 1918. À 19 ans, avec Martin MATHIAS (Cathédrale de Strasbourg), August STÖCKLIN (compositeur d’Issenheim), L. HUBER (Guebwiller), L.THOMAS (St Pierre le Jeune à Strasbourg), Victor DUSCH (titulaire St- Martin d’Erstein) et ROSIN encore élève, il inaugurera l’orgue Roethinger d’Erstein le 3 mai 1914.

Sa carrière de concertiste commence dans sa province natale. Elle débute lorsqu’il est très jeune à l’orgue d’Erstein puis entre 1910 et 1918 il sera régulièrement inscrit aux concerts d’élèves du Conservatoire pour y interpréter soit les œuvres du répertoire de piano soit ses propres œuvres. En février 1918 sera donné un concert de Printemps   à la salle Offenstein d’Erstein où son travail sera mis à l’honneur.

Présenté par ERB à Charles-Marie WIDOR, il rentre dans sa classe de composition du Conservatoire de Paris pour préparer le Grand-Prix de Rome. Il est 3 fois candidat en 1922 –1923 et 1924. Il continue l’étude du piano avec Isidor PHILIPP.

 

En 1926 il obtient trois médailles aux Concours de Florence, une d’or pour le poème symphonique Le Taennchel op.34 et deux d’argent une pour son Miserere chœur et orchestre op.2, l’autre pour un quatuor à cordes Esyola op.22. Son œuvre sera couronnée par le prix de composition Gabriel Pierné en 1948.

Entre 1925 et 1939, il donne des concerts à Paris et Strasbourg. De multiples émissions diffusent plusieurs de ses œuvres à Radio Paris, Radio PTT, Radio Strasbourg, etc. Les chefs qui les ont dirigées sont PFITZNER, Paul de SAUNIÈRES, Maurice de VILLERS, Henri BRESSEL, René DELAUNAY, René ALIX. Ses œuvres ont été jouées jusqu’aux Etats-Unis.

Il épouse en février 1927 à Paris Léonie Lecerf dont il a trois fils : Aloyse, Xavier et Stéphane. Il cherche une situation stable propre à lui assurer les revenus constants nécessaires à l'entretien de la famille qu'il a fondée.

 

Église de l'Immaculée-Conception de Paris

Auguste SCHIRLÉ est titulaire de 1933 à 1969 de l’orgue ABBEY de l’Église de l'Immaculée-Conception de Paris (rue du Rendez-vous à Paris XIIe) et Maître de Chapelle, poste qu'il conservera jusqu'en 1969.  Simultanément il enseigne à l’école St Michel de Picpus qui en dépend. De même il donne des cours d'orgue au Lycée Saint Louis et au Lycée Stanislas de 1946 à 1969. Il créera les concerts spirituels à l’église de l’Immaculée Conception à la demande du curé de l’époque. Son répertoire est étonnant et dès 1936 il interprète les symphonies de WIDOR et jouera de nombreuses fois REGER que ce soit lors de manifestations religieuses ou à la Radio.

Il viendra tous les étés en Alsace et y prendra ses thèmes musicaux qu’il travaillera à Paris.

Il fait partie, dès sa création en 1949, des collaborateurs de la revue grégorienne de l’Abbé Ferdinand PORTIER en tant que rédacteur de la rubrique de l’orgue.

Il participe aux concerts après relevages de différents orgues. En 1966 après la restauration MÜLLER - il a 71ans - il donne son dernier grand concert à l’église de l’Immaculée Conception durant lequel ont été interprétées quelques-unes de ses œuvres. Au cours de ce concert se sont produits les artistes de l'O.R.T.F. (concert enregistré sur disque Pyral).

Il laisse un héritage musical de plus de 48 Opus (eux-mêmes très fournis) qui montre son aptitude à composer pour tous styles et tous genres. La musique alsacienne transparait dans son œuvre par de nombreux titres et rythmes populaires tels que : « Le Taennchel » « D’ald Bladaan am Wasserzoll » « Chansonnette Alsacienne »   « Chantons le vin » « Le bon Vin d’Alsace », « Demain on dansera chez ma tante » ….

Auguste SCHIRLÉ meurt le 26 septembre 1971 à Montrouge. Il est inhumé dans la sépulture familiale au cimetière de Krautergersheim, village natal de sa mère dans lequel il passait toutes ses vacances.

 

Œuvres

 

Pièces orchestrales

  • Symphonie n°1 op. 2 (manuscrit)
  • Partage de la Terre de Schiller op.14 - Chœur mixte et Orchestre- (manuscrit)
  • Le repos en Égypte – Isoline op 24 - Chœur mixte et Orchestre- (manuscrit)
  • Poème symphonique ‘le Taennchel’ op 34* – orchestre. (en cours)
  • Berceuse, Fileuse, Pastorale, Scherzo et Finale op 39 - orchestre
  • Concertino pour Piano et Orchestre op 48 (manuscrit)-
  • Berceuse op 49

Orgue

  • Messe de Requiem op 1, dédié à "mon vénéré ami monsieur l'Abbé Martin Vogeleis" (1922 Deiss & Crepin, deuxième édition 2020 Salabert)
  • Choral avec variations, 5 chorals, Versets, Interludes Sonate en mi bémol -1er mouvement      2 morceaux d’orgue sur des thèmes de Bach et Rameau op 8 (en cours de saisie)
  • Fantaisie en ré mineur, Fantaisie sur Noël, Passacaglia, Extase op 11 (Chanteloup Musique)
  • 11 pièces pour orgue op 46 (manuscrit)

Musique de chambre

  • Pièces pour Piano/violon op 9 (manuscrit)
  • Petite Suite – Sonate sur un thème grec – Fantaisie op 16 piano - violoncelle (manuscrit)
  • Variations sur un thème danois sur un thème de Widor op 17 quatuor à cordes (manuscrit)
  • Variations sur un thème français, sur un thème grec – 1er mouvement d’une Sonate do   mineur – 10 variations en fa – 2e mouvement d’une Sonate sol bémol majeur – Widoriana     op 18 quatuor à cordes (manuscrit)
  • Quatuor à cordes op 20 (manuscrit)
  • Quatuor à cordes op 22* Esyola (manuscrit)
  • Sonate Piano/violon op 26 (manuscrit)
  • Sonate Piano/violon op 27 (manuscrit)
  • Pièces pour Piano/violon op 31 (manuscrit)
  • Pièces pour Piano/violoncelle op 36(manuscrit)
  • Trio en Fa mineur op 47 (manuscrit)

Piano solo

  • 22 Fugues (piano ou orgue) op 25 (manuscrit)
  • 24 Préludes op 30 (manuscrit)
  • Variations sur un thème de Widor op 23 (anciennement Hamelle)
  • Technique du Piano avec conseils aux pianistes op 32
  • Pièces pour piano op 33 (manuscrit)
  • Nouvel pour la jeunesse op 35 (Chanteloup musique)
  • 24 pièces pour le piano op 38 (manuscrit)
  • Pièces pour piano op 43 (manuscrit)

Deux pianos

  • Transcription Prélude et Fugue en ré Majeur de Bach op 11 pour 2 Pianos (manuscrit)

Œuvres vocales

  • Exercices d’intonation pour former l’oreille op 28

Musique sacrée

  • Miserere, version pour chœur et orgue, op 33
  • Missa Brevis op 4 a capella
  • 2e Psaume op 5 chœur et orchestre ou orgue (manuscrit)-
  • Petit salut : Adoramus te, Ave maria, Tu es Petrus, Tantum ergo, Laudate dominum,       Misere op 6
  • 5 Mélodies religieuses op 7 (2 éditées Schola CH)
  • Tu es Pétrus op 12 pour chant et orgue (manuscrit)
  • 2 Chœurs religieux op 13 a capella (manuscrit)
  • Tragédie Sacrée op 15 chœur mixte et orchestre (manuscrit)
  • Messe de Requiem op 29 chœur et orchestre (manuscrit)
  • Oratorio L’homme et son ange op 45 chœur mixte et orchestre (manuscrit)
  • Messe en Français op 50 a capella (tapuscrit)

Musique profane

  • 11 Mélodies op. 10 (manuscrit)- voix et piano
  • 8 Chœurs à capella op13
  • 10 Mélodies ‘L’Aube qui chante’ op. 19 (Salabert) - voix et piano
  • 12 Mélodies op. 21 (manuscrit) - voix et piano
  • 20 Mélodies op. 37 (manuscrit) - voix et piano
  • 22 Mélodies op. 40 (14 éditées Hamelle - manuscrit) - voix et piano
  • 24 Mélodies op. 41 (manuscrit) - voix et piano
  • 25 Mélodies op. 42 (manuscrit) - voix et piano

Musique de théâtre

  • Ballet Pantomime ‘l’Ombre’ op 44 – orchestre et une voix/
  • Les œuvres op 3 - op22 - op34 ont été primées au concours International de l’Union    Musicisti Italiani en 1926

Publications

  • Echos des Sanctuaires de Sainte Odile, 1930 ‘A la source du Mont Sainte Odile’ - 1931  Autour des exercices de piano et d’orgue.
  • Revue Sainte Cécile 1933 ‘Conseils aux jeunes organistes’’.
  • La Revue Grégorienne de l’Abbé portier -1946 à 1959 + 1969, Les vieux Maîtres de la musique religieuse – L’orgue … de la registration – L’harmonium… de la registration – Travailler l’orgue.

Discographie

  • WIDOR – SCHIRLÉ - REGER par Thomas KIENTZ aux orgues de Kintzheim et de Bergheim
  • L’orgue alsacien des XIXe et XXe siècle, par Yannick MERLIN au Temple Neuf de Strasbourg (OCLC 951167410).

Références

Bibliographie

  • Annuaires des Artistes 1927 - 1928 – 1929 – 1931-1932 : Office Général de la Musique (bibliothèque de l’Arsenal)
  • Norbert DUFOURCQ, Larousse de la musique en 2 volumes, éd. Larousse, Paris, 1957
  • Annuaire de la Musique 1967
  • Saison d’Alsace 1974, à propos de la mélodie sur un poème des frères MATTHIS                  Le vieux platane
  • Saison d’Alsace 1971, L’Alsace et la musique. Lexique des musiciens alsaciens.
  • L’encyclopédie de l’Alsace 1985 (volume 11)
  • Pierre GUILLOT, Dictionnaire des organistes français des XIXe et XXe siècles, Sprimont, Mardaga, coll. « Musique, musicologie », 2003, 559 p. (ISBN 2-87009-840-5), (BNF 39036272)    (p. 491)
  • Nouveau Dictionnaire de biographies alsaciennes n°47
  • Société d’Histoire des Quatre Cantons (2009-2010-2011)
  • Collectif, Krautergersheim, entre Ried et piémont, hier et aujourd'hui, Collection Mémoires     de vie, Carré blanc éditeur, Strasbourg, 2010, 248 pages, p. 169
  • « Revue d'Histoire de l'Orgue en Alsace - n°5 », sur Orchestre & Choeur de Chambre de Colmar - Alsace (consulté le 15 septembre 2020)
  • Michel SCHMITT, « L'Alsace et ses compositeurs, de la Renaissance à nos jours », 2016

Liens externes

 

 

Album de famille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Victor DUSCH (1895-1971)

Organiste titulaire de l’orgue Roethinger

en l’église Saint-Martin d’Erstein

 

 

Biographie

 

Victor DUSCH est né le 14 septembre 1879 - La Wantzenau fils de Xavier DUSCH et de KISTER Catherine décédé le 1er septembre 1935 à Erstein à l’âge de 55 ans

Le 8 février 1904 à Erstein, il a épousé Marie-Elisabeth GORDNER modiste, née le  21 décembre 1875 à Marckolsheim fille de Joseph GORDNER (1839-1895) employé des Impôts et de Catherine MEYER (1847-1912) modiste, décédée le 13 juillet 1945 à Erstein à l’âge de 69 ans

De cette union sont nés :

  • Marie-Victor-Robert DUSCH Juge à la cour d’appel, né le 2 décembre 1904 à Erstein décédé le 24 juillet 1987 à Boersch à l’âge de 82 ans. Musicien et a pris la succession de son père, en  tenant les Orgues d'Erstein. Il s’est marié le 25 septembre 1945 à Erstein avec Marie-Elisabeth-Olga de LIGNIVILLE ET DU SAINT EMPIRE (1909-2002),
  • Marie-Anne-Germaine DUSCH, professeur de piano, née le 23 juin 1907 à Erstein, décédée le 29 décembre 1959 à Erstein à l'âge de 52 ans

 

Victor Dusch et l'orgue Roethinger

 

Ce fut, avant tout, l'oeuvre de son dynamique organiste, Victor DUSCH. L'ancien instrument acquis à Guebwiller, deux fois démonté/remonté, modifié par CALLINET et WETZEL, avec ses claviers de 49+2  notes et son pédalier de 18 notes, devait faire pâle figure, alors que le rayonnement musical de la région  n'avait fait que de s'amplifier durant les 30 dernières années. Les attentes du  public et des organistes, mais aussi les exigences du répertoire, n'avaient plus aucune commune mesure avec celles de la première   moitié   du 19ème, où on se satisfaisait d'organistes formés à l'école normale.

DUSCH dut s'armer de beaucoup de patience et de courage. En effet, la donne avait radicalement changé : depuis 1880, ce n'était plus   la municipalité qui s'occupait de l'orgue, mais le conseil de fabrique. Lequel se plaisait à répéter qu'il n'avait "pas les moyens"   (condition nécessaire et suffisante, d'ailleurs, pour ne pas en avoir).

La municipalité, déchirée par ses divisions, ne pouvait pas aider. En effet, de petit bourg, Erstein était devenu un pôle industriel. Le maire HILDT finit par démissionner en octobre 1905. Le nouveau maire, Jean-Georges ABRY, avait, lui, une toute autre envergure.      Le temps de l'espoir revint pour ceux qui portaient des projets. Pour l'orgue, l'horizon ne s'éclaircit toutefois qu'en 1909, avec la prise    de fonctions du recteur Jean-Baptiste BRETT. Le nouvel orgue fut mis à l'ordre du jour de la réunion du conseil de fabrique du 10/06/1912.

Visites et recherches

Victor DUSCH s'investit sans compter. Il emmena le trésorier de la Fabrique, Ignace WOERTH, visiter les orgues "en vue" de la     région : on alla à Strasbourg, St-Pierre-le-Jeune cath. (qui était alors dans le bel état où ROETHINGER l'avait élevé en 1911), Strasbourg, St-Maurice (où le WEIGLE, 1899, permettait d'entendre  les jeux à haute pression ; et il était tenu par Adolf GESSNER,    qui avait été le professeur de DUSCH au conservatoire). On alla aussi dans le Haut-Rhin, à Colmar, collégiale St-Martin, ou se trouvait le chef   d'oeuvre de Joseph RINCKENBACH (1911, et dont la destruction, dans les années 1970, fut l'une des plus cruelles pertes de l'orgue alsacien). La visite passa aussi par Guebwiller (cette fois Notre-Dame) où Charles MUTIN avait posé en 1908 une des   merveilles de l'orgue symphonique dans le goût parisien. A Lapoutroie, aussi, où Martin et Joseph RINCKENBACH avaient posé en 1913 un instrument doté des meilleures   couleurs post-romantiques alsaciennes. Pour compléter le tableau avec des références plus germaniques, on choisit Montreux-Vieux (Voit und Söhne, 1899), et Alpensbach (Würtemberg) pour admirer un orgue WALCKER.

DUSCH connaissait aussi Charles Marie WIDOR, qui avait inauguré le DALSTEIN-HAERPFER (1909) du Palais des fêtes de Strasbourg. Cet instrument semble avoir beaucoup influencé le projet de DUSCH, qui finit par réaliser un cahier des charges    combinant des caractéristiques germaniques (GESSNER, WEIGLE, VOIT, WALCKER) et des traits plus français (RUPP, SCHWEITZER, MUTIN, WIDOR). On comprend qu'Edmond-Alexandre ROETHINGER (ami de WIDOR) était fort bien placé dans  un tel contexte, et ce     n'est pas pour rien que DUSCH avait fait visiter l'orgue de St-Pierre-le-Jeune.

Le cahier des charges obtint plusieurs réponses :

  • Edgard Wetzel (mais il n'apparaît pas dans les délibérations du conseil de fabrique)
  • E.F. Walcker (31 960 Marks),
  • F. Weigle (33 000 Marks),
  • Dalstein-Haerpfer(34 875 Marks),
  • (Joseph) Rinckenbach (39 826 Marks),
  • E.A. Roethinger (40 144 Marks), avec Théophile Klem (Colmar) pour le buffet.

On demanda - évidemment - son avis à François-Xavier MATHIAS, en tant qu'expert diocésain, qui répondit le 16/05/1912 en faveur   de ROETHINGER dont la belle-fille (épouse de Max) était une ersteinoise Marie Suzanne KLOTZ fille du brasseur A L’ANGE. Le 04/06/1912, le conseil de fabrique se décida donc pour l'offre la   plus chère ! La commande fut passée début 1913, l'orgue devant être achevé pour Pâques 1914.

Un an de délai pour un 3-claviers de 60 jeux ! Voilà qui paraît incroyable un peu plus d'un siècle plus tard. Pour que ce soit possible, le facteur d'orgues n'était plus un artisan. En plus de son activité commerciale (déterminante), il était devenu un "intégrateur" : ROETHINGER faisait du "sur mesure" avec des    composants standards. Il restait architecte de son instrument, et surtout, il pratiquait l'harmonisation du tout, pour transformer l'assemblage de composants en un instrument de musique.

Le devis de ROETHINGER, daté du 16/11/1912, propose un orgue constitué de "prima Materialen" (matériaux de premier choix), et inclue le nombre de tuyaux (4154). Avec le Hautbois au positif et une Trompette harmonique au récit. Quatre jeux sont empruntés par    la pédale aux plans expressifs, et    l'instrument est doté d'un jeu à haute pression par plan sonore. Il est précisé que les anches seront de type français "nach französischer Art". Languettes en laiton.

L'essentiel de la tuyauterie venait de Laukhuff (même si des tuyaux de Rohrer, Wetzel et Callinet ont pu être repris, évidemment totalement ré-harmonisés), et la console (élément clé d'un orgue du début du 20ème) fournie par Eisenschmid. Les sommiers étaient du type Boden, brevetés en 1878. C'est Edmond-Alexandre  lui-même qui dirigea l'harmonisation, puisqu'on le retrouve installéà l'auberge "A l'Ange" d'Erstein début  mars 1914.

L'inauguration

 

L'orgue fut inauguré le dimanche 03/05/1914 par Victor DUSCH, avec la participation de :

  • Martin MATHIAS (organiste titulaire de l’orgue de la cathédrale de Strasbourg,),
  • Auguste STÖCKLIN (Issenheim),
  • E. ROSIN, (Erstein ; élève de DUSCH),
  • Auguste SCHIRLÉ (Benfeld ; élève de DUSCH),
  • Louis HUBER (organiste titulaire de l’orgue de Notre-Dame de Guebwiller,),
  • Léon THOMAS (1875-1957) (organiste titulaire de l’orgue de St-Pierre-le-Jeune catholique à Strasbourg, auteur de la "Missa Rosa Mystica").

En introduction, le choeur d'hommes interpréta le "Veni creator" de F.X. WILL. Après deux discours,     Martin MATHIAS exécuta la Fantaisie et fugue en Sol mineur de J.S. BACH. (Il est vrai que l'accord de      Sol mineur initial, avec son pincé, permet même d'interrompre un discours si nécessaire). Auguste STÖCKLIN enchaîna avec la célèbre Cantilène (de la sonate 11) de RHEINBERGER. Puis le choeur  enchaîna avec le "Bone Pastor" (Surrexit Pastor bonus ?) de Michael HALLER, en prélude à une      procession festive. E. ROSIN prit alors le relais pour un "Moderato" d'Orazio BENEVOLI. Auguste SCHIRLÉ continua avec le Vivace de la sonate en Ré mineur de BACH. Vint ensuite le "Jubilate Deo" de Johann Kaspar AIBLINGER (par le choeur), l'Andante et la Toccata de Fernand de la TOMBELLE (op.23), par Louis HUBER, le Magnificat d'Eduard Gustav STEHLE. Léon THOMAS proposa un Adagio de LISZT  et l'Angelus des "Scènes pittoresques" de Jules MASSENET. Puis le choeur et les cuivres entonnèrent le Tantum Ergo de Johann Josef VEITH. En conclusion, puisqu'Erstein se trouve définitivement en Alsace,     tout le monde chanta le Grosser Gott, prolongé par le final sur ce choral (d'Adolf GESSNER) joué par un Victor DUSCH que l'on imagine bien déchaîner toutes les ressources de l'instrument.

Ce fut un des derniers grands moments, ici, de la Belle époque, et le monde d'avant-guerre allait disparaître.

La réception officielle eut lieu le 09/07/1914, et fut signée par François-Xavier MATHIAS, Victor DUSCH, Martin MATHIAS et Léon THOMAS le 01/01/1915.

Un orgue nouveau

Les originalités de l'orgue ROETHINGER sont nombreuses, à commencer par les quatre jeux à haute   pression (les seuls survivants en Alsace). Résolument apparentés à l'esthétique romantique allemande, et destinés à renforcer le choeur de jeux de fonds, ces jeux sont en quelque sorte l'antithèse de la Réforme alsacienne de l'orgue. Ce qui démontre que Victor DUSCH n'était pas un "suiveur", appelé à appliquer à la lettre les idées de ses amis théoriciens. La réalité est toujours un peu plus compliquée que les schémas, et, si cet orgue est effectivement issu de la Réforme alsacienne de l'orgue, il ne faut pas le réduire à cela. En fait, DUSCH a fait preuve d'un éclectisme peu commun.

Autre originalité : les claviers vont jusqu'au La (58 notes). Le standard était alors 56 notes (jusqu'au Sol), et, plus tard, sous la pression du répertoire, on ira parfois directement à 5 octaves (61 notes, jusqu'au Do). L'étendue au La restera donc atypique. De plus, il y avait une pédale piano automatique, ce dispositif permettant de retirer automatiquement des jeux de pédale lorsque l'on quitte le grand-orgue, et de les    remettre quand on y retourne. Elle était très élaborée, car c'était une combinaison libre de pédale (tous les   jeux et accouplements de pédale, étant sélectionnables ou non par 16 boutons), appelée automatiquement.

A cette époque, la console avait une importance fondamentale. Il est précisé sur le devis que "Des Spieltisch ist der "Normal und internationalen Kongress im Mai 1909 zu Wien, unter dem Vorsitze des Privatdozenten, Hochwürden Herren Dr F.X. MATHIAS - Strassburg zu Stande gebracht und emphohlen worden ist". C'était donc une console "Congrès de Vienne 1909", conçue pour être ergonomique.

Avec ses Plein-jeux au grand-orgue et au positif, son positif doté de deux Mutations indépendantes (une Quinte, une Tierce), et avec ses emblématiques Doublette et Cornet au grand-orgue (et les anches "françaises"), l'instrument est en avance sur son temps, et annonce le néo-classicisme. Il peut aller loin dans les aigus, sachant qu'en plus, il dispose de quatre accouplements à l'octave aiguë. En effet, la liste des accouplements, à l'origine (et donc voulue par DUSCH) était : I/I (annulateur grand-orgue), II/I, III/II, III/I, I/P, II/P, III/P, II/I 4' (réelles), III/II 4', III/I 4', III/P 4', II/I 16', III/II 16', III/I 16' et accouplement général.     Les combinaisons fixes à l'origine étaient : P, MF, F, tutti sans anches et tutti avec anches. La combinaison libre était appelable globalement ou pour chacun des 4 plans sonores, les accouplements pouvant être    appelés indépendamment. Pour la compléter, il y avait un appel "jeux à mains" (rendant les dominos actifs    en plus de la combinaison) global, et pour chaque plan sonore. Il y avait aussi un annulateur de Mixtures et   un retrait général des jeux.

 

Gravure de l'orgue d'Erstein, figurant dans l'ouvrage de Médard Barth

En 1917, ordre fut donné, par les autorités, de réquisitionner les tuyaux de façade des orgues. Mais Erstein résista, invoquant le paragraphe 9 du décret du 10/01/1917 (exemption pour valeur historique ou artistique avérée). DUSCH et ROETHINGER défendirent leur façade bec et ongles, trouvant même le moyen de "foncer" les tuyaux, leur donnant un aspect "18 ème" conforme au buffet, et donc capable de prétendre à une valeur historique. Naturellement, on s'efforça (avec succès) d'attribuer l'orgue ROHRER à SILBERMANN. (Ce dernier n'aurait à coup sûr pas été content du tout de voir son nom apposé à une production du "pfüscher" ROHRER !) La dérogation officielle ne fut jamais accordée, et la victoire sur l'administration fut obtenue "à l'usure" : à force de démarches répétées, on parvint à faire traîner les choses jusqu'à l'armistice, et les tuyaux sont toujours en place.

 

André ROETHINGER raconte, dans une lettre datée du 07/04/2001, qu'il a assisté à de nombreuses conversations entre Victor DUSCH et Edmond-Alexandre ROETHINGER, qui étaient devenus de vrais amis. Il raconte que "Monsieur DUSCH était persuadé que l'on n'arriverait jamais à sauver les tuyaux pratiquement neufs, en cas de réquisition au profit de l'armée allemande. Et c'est nom grand-père (Edmond-Alexandre), après une longue réflexion, qui a eu une idée géniale en faisant des expériences dans nos ateliers : c'est en fondant du plomb     et de l'antimoine, et en mélangeant les 2, qu'il arrivait à obtenir une couleur et un aspect plus terne? En imbibant avec du coton les nouveaux tuyaux de l'orgue ROETHINGER, ces derniers ressemblaient beaucoup aux tuyaux de l'époque SILBERMANN. Évidemment, on s'était contenté de traiter uniquement les tuyaux les plus accessibles, et c'est ainsi que, lorsque l'expert est venu inspecter l'orgue et en voyant ces tuyaux ternes et foncés, il était persuadé [d'] avoir devant lui des vieux tuyaux et donc de les préserver de leur destruction.  Mon grand-père, par la suite, me rappelait souvent cet épisode et la bonne blague qu'ils ont pu faire à cet "expert", en employant cette méthode peu orthodoxe !!!".

 

Après-guerre, en 1919, l'orgue et son inauguration de 1914 bénéficiaires d'une nouvelle plaquette                  (en français) décrivant l'orgue et reprenant les éloges du rapport d'expertise du 09/07/1914. Une fois traduits en français, les jeux à haute pression "Starkton" devinrent "renforcés". En janvier 1919, Charles Marie WIDOR revint en Alsace, et, invité par Edmond-Alexandre ROETHINGER et Victor DUSCH, put enfin découvrir et jouer l'orgue qu'il avait contribué à concevoir.

 

Victor Dusch à la console d'Erstein. Noter les pistons sous le premier clavier, et l'indicateur de crescendo linéaire.

Puis vint le temps des "diffusions radiophoniques". Un concert de Victor DUSCH fut diffusé le 25/05/1933. La fantaisie et fugue en Sol mineur de BACH, puis REGER, HESSE, GIGOUT, GUILMANT, WIDOR ET SAINT-SAËNS. Le répertoire s'était déjà fortement "parisianisé". (On le verra, ce n'était pas fini...)

 

Victor DUSCH mourut en septembre 1935, et c'est son fils Robert qui assura le concert radiodiffusé suivant, le 26/10/1936. Lors de la messe de minuit, à Noël 1944, Félix HERTZOG joua l'orgue d'Erstein en présence des généraux LECLERC et DE GAULLE.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Version imprimable | Plan du site
© Association Le Vieil Erstein ùn rund um's Kanton