Association pour la préservation et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

 

 

 

 

Notre devise :

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

 

 

 

 

Le premier site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

sous la dénomination

Vieil-Erstein.fr

 

Il a été clos le

1 / 7 / 2018

avec 600 000 clics

à son actif.

 

Ce nouveaux site a été ouvert le

1er Janvier 2018

Il appartient désormais à l'association et est mis en oeuvre par :

 

Bernard DESCHLER

et

Jean Louis ESCHBACH

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ancien site Vieil-Erstein.fr

600 000  clics

 

+

clics

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMUNIQUES

 

 

 

sont

programmées

 les 3èmes mardi

de chaque mois

 

 

 

Les permanences de l'association

 

qui ont lieu de 19hoo à 20hoo   en la salle Conrath de la Maison des oeuvres et sont ouvertes à tous

 

 

-ooOoo-

 

 

Les réunions

 du   comité

 

 

à 20h en la

salle Conrath

de la Maison

des Œuvres

 

 

-ooOoo-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Association

Le Vieil Erstein

ùn rund um's Kanton

1 place de

l'Hôtel de Ville

67150  ERSTEIN 
 

 

Téléphone :

03 88 98 64 99

 ou 

06 86 56 40 68

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les costumes alsaciens,

un enchantement

 

 

 

 

 

"Le costume (...), c'est avant tout le manteau de dignité du paysan. (...) Porter ces costumes dédommageait les femmes et les hommes des vicissitudes de leur vie. "

 

Marguerite DOERFLINGER, 1982.

 

Le saviez-vous ?  

Autrefois, on comptait presque autant

de costumes que de villages....

 

S'il est un costume emblématique d'une région de France, c'est bien le costume alsacien !

Mais la coiffe noire et la jupe rouge qui symbolisent le plus souvent l'Alsace masquent en réalité une multitude d'autres tenues. L'extrême variété des vêtements paysans au 19e et au début du 20esiècle mêle la rigueur héritée des modes allemandes et l'esthétique française.

 

Cette diversité des formes et des couleurs signe la vitalité créatrice du monde paysan d'autrefois. Vitalité qui perdure de nos jours lors de diverses manifestations et grâce aux groupes folkloriques* qui redécouvrent et cherchent à reconstituer le costume avec passion.

 

Ce costume est aussi visible dans les riches collections des musées, tel le Musée Alsacien de Strasbourg d'où sont issues certaines des vues présentées ici:

 

(fond photographique E.H. Cordier © Musée Alsacien)

*© Musée Alsacien * www.musees-strasbourg.org
 

*** Groupes folkloriques :

D'Kochloeffel : http://sites.estvideo.net/kochloeffel/index.htm

Groupe d'Art Populaire de Berstett : www.gapberstett.fr

 

 

 

 

 

Quelques éléments de la diversité      du costume alsacien

 

 

 

 

Le costume féminin

 

 

 

 

Le cliché de l'Alsacienne en jupe rouge et coiffe noire souvent décorée d'une cocarde tricolore, est issu des costumes portés dans le Kochersberg et le Pays de Hanau durant la seconde moitié du 19e siècle.

 

 

 

 

 

Ce costume standardisé des régions agricoles proches de Strasbourg s'est imposé à la faveur du patriotisme suscité par l'annexion de l'Alsace au Reichsland en 1870. Les Alsaciennes exilées, à Paris notamment, arboraient alors fièrement et avec nostalgie la cocarde tricolore.

 

 

 

 

Historiquement…

 

 

 

      Le costume paysan s'est développé à partir de la fin du 18e siècle et s'est  

                  diversifié dans un monde rural de plus en plus prospère.

 

       Dans le Haut-Rhin, il a vite disparu à la faveur d’un brassage de la population lié à 

       l’industrialisation, exception faite de certains secteurs isolés de la vallée de

       Munster ou du Sundgau.

 

       Il a continué à se développer dans le Bas-Rhin jusqu’à la Première Guerre

       mondiale, s’est maintenu dans l’entre-deux-guerres, et a périclité ensuite.

 

                                  Dans le nord de l’Alsace enfin, le costume est encore porté

                                  par l’une ou l’autre personne âgée.

 

 

Dans la région du Kochersberg et du Pays de Hanau

 

 

 

 

 

Par exemple, certains détails distinguent les jeunes filles catholiques des protestantes:

 

-  La jupe, cousue à un corselet, est longue, rouge et gansée de velours noir pour les catholiques (Costume catholique du Kochersberg),

 

 

 

 

 

 

      -  plus courte, verte, bleue, violette, brune ou rouge selon le

         calendrier liturgique et à ruban fleuri pour les protestantes.

         (Jupes de couleur de jeunes filles protestantes du Kochersberg

         et du Pays de Hanau).

 

 

 

 

Ces jupes sont en bombasin, mélange de laine et de lin. La taille Empire caractérise cet ensemble durant une bonne partie du 19e siècle.

 

 

 

Costume protestant (à gauche)  -   Costume catholique (à droite)

 

 

 

 

 

 

               La jupe protestante est souvent verte

 

 

 

 

 

 

 

La coiffe alsacienne

 

 

La coiffe à petit nœud frontal précède la grand nœud de quatre générations.

 

Vers 1830, la paysanne du Kochersberg porte en outre une robe bicolore et un châle

(le flor) noué dans la nuque. Plus tard, ce dernier couvrira les épaules.

 

La coiffe à grand nœud connaît diverses variantes.

 

Elle n'est portée que dans le Kochersberg, le Pays de Hanau et au sud de Strasbourg, autrement dit, dans les plaines fertiles.

 

Cette coiffe est composée d'un bonnet et d'un ruban noué sur le haut du front et dont la largeur, à l'origine, ne dépassait pas cinq centimètres . Ce ruban ne cessera de s'agrandir, à tel point que vers 1910, le noeud devra être maintenu par une armature en fil de fer.

 

Ce grand noeud est noir pour les femmes et les jeunes filles protestantes.

 

La jeune fille catholique, quant à elle, porte un ruban coloré, écossais ou fleuri, mais la femme mariée catholique revêt elle aussi un ruban noir.

 

Plusieurs modèles de coiffes catholiques à grand noeud et bonnet d'hiver:

 

 

 

D'une manière générale, la coiffe connaît en Alsace une très grande variété !

 

C'est la pièce de vêtement identitaire par excellence, celle qui révèle l'origine géographique de la femme qui la porte, son état civil, sa religion, son degré d'aisance matérielle.

 

Certaines n'étaient portées que dans une région très restreinte !

 

Ces costumes attestent en outre d'une certaine aisance matérielle et de l'émulation qui agitait alors le monde paysan !

 

 

Les éléments du costume

 

 

  • la chemise de lin,

 

  • la collerette,

 

  • le plastron ("Stecker") richement décoré,

 

  • le châle à franges,

 

  • le tablier de soie brodé,

 

  • le jupon,

 

  • les bas tricotés

 

complètent la tenue

 

  • "coiffe et jupe" !

 

 

 

 

 

          Le bonnet support de la coiffe,

 

 

 

 

 

Balade parmi les coiffes et costumes d’Alsace du Nord

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Le Vieil Erstein ùn rund um's Kanton