Association pour la préservation et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

 

 

 

 

Notre devise :

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

 

 

 

 

Le premier site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

sous la dénomination

Vieil-Erstein.fr

 

Il a été clos le

1 / 7 / 2018

avec 600 000 clics

à son actif.

 

Ce nouveaux site a été ouvert le

1er Janvier 2018

Il appartient désormais à l'association et est mis en oeuvre par :

 

Bernard DESCHLER

et

Jean Louis ESCHBACH

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ancien site Vieil-Erstein.fr

600 000  clics

 

+

clics

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMUNIQUES

 

 

*

 

 

 les 3èmes mardi

de chaque mois

 

 

Réunion

 du   comité

 

à 20h en la

salle Conrath

de la Maison

des Œuvres

 

 

-ooOoo-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Association

Le Vieil Erstein

ùn rund um's Kanton

1 place de

l'Hôtel de Ville

67150  ERSTEIN 
 

 

Téléphone :

03 88 98 64 99

 ou 

06 86 56 40 68

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur de l'article Bernard ROHMER

 

 

 

Un parfum de nostalgie s'est répandu les 16, 17 et 18 Septembre 2000 dans une salle Hérinstein

métamorphosée, l'espace d'un week-end, en un vaste corps de ferme.

Pour signifier concrètement la place de l'Église dans l'univers paysan, un majestueux autel -avec un dais et des accessoires de culte- a été dressé au fond de la salle pour rappeler les processions d'antan, effectuées aux

quatre coins cardinaux du ban d'Erstein.

Fruit du travail de la confrérie-corporation d'Erstein, avec la participation de la Ville, le coeur de l'exposition

regorge de magnifiques outils agricoles et artisanaux anciens. Sur ses flancs, les photos du monde rural

ersteinois d'autrefois font face aux illustrations contemporaines, représentant les agriculteurs à l'oeuvre à notre

époque : « J'ai pensé qu'il fallait figer les paysans de l'an 2000 pour que l'exposition soit plus pertinente et

ramasse l'ensemble du siècle », indique Bernard Rohmer, cheville ouvrière de la manifestation.

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

 

Bernard Rohmer, Feldmeister de la confrérie pour l'an 200,

cheville ouvrière de la manifestation ,

accueille l'assemblée et les personnalités.

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

Fruit du travail de la confrérie-corporation d’Erstein,

avec la participation de la Ville,

Bernard Rohmer explique la finalité de l'exposition

et présente les différents ateliers.

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

Désigné « Feldmeister 2000 » par ses pairs, ce qui signifie

« maître des champs », il lui revient de tenir un registre annuel

où il devra consigner les chiffres des productions agricoles,

et établir au terme de l'année, une sorte d'almanach où sont répertoriés

les temps forts de l'actualité locale, régionale, nationale et internationale.

 

Ces chroniques sont déposées dans un coffre en bois, appelé « Bürelad »

(boîte des paysans), dont le « Feldmeister » a la charge pendant l'année de

son mandat.

 

Ces précieux coffres -ils sont au nombre de deux- renferment des documents

      de la confrérie-corporation, datés de 1720.

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

Un 3ème coffre, un peu spécial, a fait l'objet de toutes les attentions,

samedi matin lors de l'inauguration de la manifestation.

 

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

Il recèle 21 flacons, qui sont autant d'échantillons de semence des plantes

cultivées de nos jours : de l'avoine, à la luzerne, en passant par le blé,

le navet, le choux, l'orge, la betterave, le trèfle, le maïs, le tabac et les fleurs.

 

Mais on y trouve aussi de la laine de la Filature d'Erstein ou de... l'eau de vie.

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

Mis officiellement sous scellé pour 50 ans, la « Bürelad » contient en outre

un message adressé « aux enfants et aux petits-enfants du XXIe siècle »,

mentionnant la présence des élus locaux : Théo Schnée, maire d'Erstein,

Germain Gengenwin, député, et Francis Grignon, sénateur, ainsi que la

bénédiction du Père Nold,

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

et exprime en substance l'espoir que ces semences soient toujours

d'actualité en 2 050. A charge pour les enfants de les faire pousser

et d'en transmettre la récolte à leurs propres enfants, en souvenir

des anciens et de la bonne terre du pays d'Erstein.

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

 

La boîte de l'an 2000 est fermée pour 50 ans ce qui occasionna au

Feldmeister quelques travaux de menuiserie....

 

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

 

 

La boîte est scellée avec des cachets de cire aux armes de la confrérie.

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

Par la suite, une des deux clés du coffre a été fixée sous une plaque

commémorative de l'événement, apposée sur le dessus du coffre.

L'autre étant entre les mains d'Arsène Bingert,

garde-champêtre de la confrérie (le « Bott »).

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

*La missive s'achève par un voeu : le plus jeune membre de la confrérie

qui a assisté à la scène de fermeture, Lionel Hellmann en l'occurence,

devra être désigné « Feldmeister » de l'année 2050. C'est à lui que

reviendra le privilège d'ouvrir ce coffre et de perpétuer la tradition,

jusqu'en 2100.

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

 

 

 

                         Pour l'occasion, il a été sortis les costumes de circonstance portés par des

                         membres de la confrérie. De la tenue quotidienne de l'ersteinoise, de l'ouvrier   

                         tisserand et de la tenue du dimanche, tout a été mis en oeuvre pour la

                         réussite de la manifestation.

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

Notre Maire, Mr Théo Schnee pose entre deux personnages typiques des

villages alsaciens:  le "garde-champêtre" en tenue à sa droite et le "Suisse"

dans son costume d'apparât.

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

 

                            « J'ai pensé qu'il fallait figer les paysans de l'an  2000 pour que

                            l’exposition soit plus pertinente et ramasse l'ensemble du siècle  »,

                            indique Bernard Rohmer, cheville ouvrière de la manifestation.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

 

                             Le Suisse, personnage de folklore, était chargé de la police du culte

                             catholique. Il organisait les cérémonies religieuses et veillait à leur bon

                             déroulement. Il était également de sa responsabilité le service d'ordre 

                             durant l'office. Il n'était pas rare qu'il admonestre un paroissien un peu

                             bruyant ou bavard dans les rangs de l'église...

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

 

 

                             Une affiche de la Brasserie KLOTZ, anciennement sise à l'angle de la

                             rue Mercière et de la rue de Strasbourg, qui fût longtemps la meilleure

                             bière d'Alsace...

 

 

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

 

Un majestueux autel avec un dais et des accessoires de culte- a été

dressé au fond de la salle pour rappeler les processions d'antan.

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

        

 

   

Cet autel était démontable ce qui permettait de le réutiliser d'année en      

année lors de la procession de la "Fête-Dieu". Magnifique autel flanqué  

des statues de la Vierge et de Saint Martin. On peu apercevoir les

magnifiques "habits de lumière" de l'officiant.

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

Le coeur de l'exposition regorge de magnifiques outils agricoles

et artisanaux anciens.

 

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

Les drapeaux et photos de conscrits depuis 1900.

 

Certains ateliers feront découvrir aux visiteurs les thèmes suivants :

la fabrication du beurre, le tabac, la pêche, les calfats, le cordier

ainsi que l'atelier du chou et des navets.

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

Sur ses flancs, les photos du monde rural ersteinois d'autrefois font face

aux illustrations contemporaines, représentant les agriculteurs à

l'oeuvre à notre époque.

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

En premier plan, on peut entrevoir dans sa vitrine l'ancienne Buerelad

où est visible les anciens rôles et statuts de la confrérie. A sa droite on

peut appercevoir la nouvelle banière religieuse de la confrérie

datant de 1956.

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

 

Vue plongeante sur les différents drapeaux de conscrits depuis 1900.

 

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

Certains manequins exposent la mode du début du XXème siècle.

On peut également voir à l'arrière une calèche authentique

et des licols.

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

 

 

 

D'autres, à gauche, présentent la mode des années après-guerre.

 

 

 

 

 

Photo Bernard Rohmer

 

 

 

D'intéressants jouets, luge, charrette, rameur, chevaux à bascule et

objets anciens , comme ce landau des années 1950, laissaient percevoir

les jeux des enfants d'antan.  Contre le parroi arrière on peut admires

quelques "Göttelbrief" (souhaits de baptèmes) qui font partie des

traditions locales.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Le Vieil Erstein ùn rund um's Kanton