Association pour la préservation et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

 

 

 

 

Notre devise :

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

 

 

 

 

Le premier site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

sous la dénomination

Vieil-Erstein.fr

 

Il a été clos le

1 / 7 / 2018

avec 600 000 clics

à son actif.

 

Ce nouveaux site a été ouvert le

1er Janvier 2018

Il appartient désormais à l'association et est mis en oeuvre par :

 

Bernard DESCHLER

et

Jean Louis ESCHBACH

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ancien site Vieil-Erstein.fr

600 000  clics

 

+

clics

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMUNIQUES

 

 

*

 

 

 les 3èmes mardi

de chaque mois

 

 

Réunion

 du   comité

 

à 20h en la

salle Conrath

de la Maison

des Œuvres

 

 

-ooOoo-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Association

Le Vieil Erstein

ùn rund um's Kanton

1 place de

l'Hôtel de Ville

67150  ERSTEIN 
 

 

Téléphone :

03 88 98 64 99

 ou 

06 86 56 40 68

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Collection privée

Le silo

 

En 1945, avec le bois, j'ai fait construire le silo. Il y avait 4 compartiments : sable, gravier propre, gravier 14/30, et gravier grossier. Sur le silo était monté un tamis à secousses. Georges BARTHEL  m'a de nouveau aidé pour l'installation. Martin quitta l'école et Albert revint sans dommages. Nous achetâmes d'occasion notre première camionnette de 2,5 m3 de contenance. La « Reconstruction » avait commencé, et du coup il y avait toujours beaucoup de travail pour nous. Il fallait trouver de nouveaux champs et décaper. Pour ce faire, nous avons donc engagé 2-3 prisonniers de guerre. Nous avons acheté un moteur électrique de 10 CH et un petit concasseur de gravier. Avec les prisonniers, nous avons creusé une cave dans la grange, enclos l'étable de murs sur lesquels nous avons posé une dalle en hourdis. Puis peu à peu nous avons vendu l'excavatrice, les wagonnets et les rails, car nous n'en avions plus besoin.

 

Directement après la guerre, j'ai dû me débarrasser des vieux chevaux et j'ai acheté un lourd alezan pour

106 000 frcs. C'était une bonne bête, mais nous n'avions pas de chance avec lui, car au bout de 3 ans il

mourut d'une crise cardiaque, par manque de travail. Bien qu'il fût assuré, je n'ai touché que la moitié de sa

valeur. Les prisonniers ont été libérés pour rentrer chez eux. Pour remplacer le cheval, nous avons acheté

un petit tracteur (Ponny) et avions l'occasion pour un TAMBRO. Je réduisais de plus en plus mes travaux

agricoles, pour les arrêter complètement en 1950, car nous avions suffisamment de travail à la gravière.

 

Tout prend une fois fin et c'était aussi le cas du terrain. Le silo devait être étayé, car toujours mouillé il était

surchargé. Même le mat commençait à pourrir du coté des intempéries. Mon travail à la gravière se faisait dans

le silo. Il consistait à faire passer le matériau par le tamis, à surveiller les moteurs, le concasseur et la pompe

à eau. Tout au long de l'année, je distribuais aussi le sable et le gravier, et chaque fois il me fallait descendre

du silo, puis y remonter : 8 m d'escalier et 4 m d'échelle et cela parfois 20 fois dans la journée.

 

Collection privée

La gravière de 1952 à 1968

 

200 m plus loin le long de la rue et à gauche, au Stockmatt, nous avons bientôt pu acheter un grand terrain et y édifier un silo en béton armé, d'une contenance de 200 m3, et comportant 4 compartiments. Nous avons fait fabriquer un tamis vibrant en Sarre et pourvu à l'électrification. Le deuxième camion d'occasion fut muni d'un moteur diesel. Nous avons de nouveau acheté un tracteur PONNY, mais un peu plus puissant, avec, à l'avant, une pelle servant à niveler. Il fait le travail de 6 hommes. Le deuxième mat dont nous avions besoin pour la nouvelle installation a été acheté au Hohwald. Le vieux treuil n'était pas assez puissant, aussi en avons nous installé un bien plus puissant, mais du coup il fallait aussi renforcer le réseau électrique. Avec cela, toujours l'achat de nouveau terrain pour pas mal d'argent.

 

En 1961 nous avons fait l'acquisition d'un POCLAIN (pelleteuse), et pouvions nous en servir à tout moment pour décaper, et même gagner de l'argent en faisant des travaux extérieurs. En 1962 nous avons remplacé le mat en bois par un pylône métallique. En 1964 nous avons acheté un camion neuf de marque UNIC et en 1967 un camion d'occasion de marque MAN. Il nous fallait une pompe à eau, que nous avons couplée au petit PONNY, ainsi qu'une autre pompe, celle-là à moteur. Par ailleurs, nous avons acheté une petite bétonnière, ce qui nous a permis de faire beaucoup de choses nous-mêmes. Au cours de l'hiver 1966-1967, nous avons construit un grand garage pour y remiser nos camions et machines et avons acheté en dernier, un Chargeur-VOLVO, fin 1967. Moi, j'ai maintenant atteint l'âge de la retraite et j'ai donc transmis l'entreprise à mes deux fils Albert et Martin.

 

Mes accidents

 

J'ai déjà parlé de quelques accidents qui me sont arrivés durant ma jeunesse. Je parlerai plus loin de ceux qui

me sont arrivés pendant ma période militaire. De toute ma vie, je n'ai jamais été malade, mais j'ai eu plusieurs accidents. Dans un autre article, je relaterai mon opération, comme soldat, en 1920 à Belfort.

 

En 1944, nous voulions faire les foins avec la machine. Présents étaient mon frère Joseph et Martin, qui

graissait la machine. Mon voisin Joseph COMTE m'avait donné son alezan aveugle, et moi j'avais mon cheval.

Lors de l'attelage, les chevaux commencèrent à se donner des coups de sabot et à hurler et nous avons dû

les dételer. C'est là que le cheval aveugle me donna un coup de sabot sur le bras gauche. Je crois

qu'autrement c'est Martin qui aurait eu le coup à la tête.

 

Au bout de quelques jour j'ai eu une forte fièvre, mon bras était enflé et bleu-violet. Nous avons fait venir l

a soeur infirmière qui nous a conseillé d'appeler immédiatement un médecin. Le Dr. BADINA vint et m'emmena

tout de suite à l'hôpital. C'était le mercredi. Le Dr. m'a fait une incision de 25 cm de long. Au bout de trois jours

, le samedi, il fallait procéder à une nouvelle incision, environ 10 cm, mais cette fois sous le bras.

 

 Le soir du même jour, ma femme vint avec Cécile, 3 ans, qu'elle a assise sur le lit à coté. La petite montra

alors sous mon lit en disant : « Maman là il y a du sang ». On a fait venir l'infirmière. Le sang avait traversé

les pansements, l'oreiller et le matelas pour couler sous le lit. Je sentais couler mon sang artériel et serais

sûrement mort exsangue durant la nuit. On m'allongea sur le lit voisin, où je perdis connaissance. On me

ranima avec des piqûres, renouvela mon pansement et je passai une nuit calme. J'étais hospitalisé pendant

12 jours.

 

La récolte de l'orge commença, et c'est avec un bras bandé que j'ai fauché un peu, et aidé à la batteuse

mécanique. Je voulais monter un quintal d'orge dans le grenier de la maison, mais n'ai pas pu aller au-delà

d'un escalier. Heureusement, Albert était là, en congé.

 

Jean Paul FASSEL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Le Vieil Erstein ùn rund um's Kanton